.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 Un combattant fort bien déguisé. [Eulalie & Arthur]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

FAMILLE ROYALE
« Pupille du Roi »

• FAMILLE ROYALE« Pupille du Roi »
Morgana Le Fay

• • • • • • • • • • • • • • • • • • •

copyright : caf-pow.
featuring : Katie McGrath.

♣ date d'arrivée : 02/08/2012
♣ messages : 315
♣ pièces d'or : 324
♣ citation : « Tes yeux ne me quittent pas, Merlin. »

♣ âge : 25 ans.
♣ race : Sorcière.
Un combattant fort bien déguisé. [Eulalie & Arthur] 110131062854104529


Feuille de Personnage
♣ Libre pour rp: 1/2.
♣ Don magique: Prophétesse douée de pouvoirs magiques.
♣ État de santé: Bonne.

Un combattant fort bien déguisé. [Eulalie & Arthur] Empty
MessageSujet: Un combattant fort bien déguisé. [Eulalie & Arthur]   Un combattant fort bien déguisé. [Eulalie & Arthur] EmptyMer 12 Sep - 10:26

Un soleil radieux, une légère brise rafraîchissante, une servante dévouée et je m'ennuyais déjà. Que le temps peut sembler long lorsque l'on est la pupille du roi, lorsqu'aucune tâche ne vous est incombé, lorsque tout vous est servit tout cuit sur un plateau d'argent. Après mon petit déjeuner, après ma toilette et quelques bavardages en compagnie de Guenièvre, je me retrouvai seule, une fois de plus, dans cet immense château.

Entendant le son des épées qui frottent et se cognent entre elles, je regardai à la fenêtre de ma chambre et aperçu Arthur en plein entraînement. Son adversaire semblait fort bien se débrouiller avec une épée entre les mains, le combat en était d'autant plus intéressant. Alors, enfilant mon par-dessus vert émeraude, je sorti de ma chambre et descendis les escaliers en toute hâte afin de pouvoir admirer ce spectacle de plus près. Ce n'était pas à mon habitude d'arriver aussi tôt auprès d'Arthur lors de son entraînement, d'ordinaire j'arrivai à la fin, lorsque je pouvais m'entretenir avec lui en toute tranquillité. Mais l'adversaire qu'il combattait m'intriguait. Sa façon de tenir l'épée, de parer les coups ou de les éviter, je n'avais jamais vu telle façon de combattre auparavant. Pas qu'il combatte admirablement bien, d'ailleurs qui suis-je pour juger d'un combat ? Mais cela ne ressemblait en rien aux brutes épaisses qui se succédaient sur ce terrain.

Les combats se terminèrent, et Arthur, épuisé et haletant se débarrassa enfin de son casque et de sa cuirasse. Je me dirigeai alors vers lui, intriguée.

- Arthur ! l'interpellai-je. Qui était ce mystérieux combattant qui se défendait admirablement bien ? C'est que je suis certaine de ne jamais avoir vu pareille manière de combattre.

Obnubilée par l'idée de découvrir qui pouvait bien se cacher derrière cette armure, j'en avais oublié les bonnes manières. C'était à Arthur que je rendais visite, et il était le Prince héritier du trône de Camelot, ne devais-je pas le complimenter lui aussi, comme à chaque fois que je venais, sur son combat ?

- C'est que je trouve, Arthur, compte tenu de son adversaire, que ce chevalier s'est très bien défendu. Qui peut prétendre avoir tenu autant de temps face au prince ? Ce n'était pas tellement un merveilleux compliment, mais après tout, Arthur savait de quoi il était capable, et le féliciter d'un entraînement qui devait sembler des plus facile pour lui n'était pas un compliment non plus. Il aurait même été capable de penser que je pouvais douter de ses capacités.

Alors que nous nous rapprochions des adversaires d'Arthur, je constatai que celui qui m'intéressai alors n'était plus parmi nous, ou du moins n'était plus visible. Le cherchant du regard durant quelques instants, je me trouvai déçue de ne pouvoir converser avec lui afin de lui demander d'où il venait.

_________________
The song of love.
Morgane : Tes yeux ne me quittent pas, Merlin.
Merlin : Ne puis-je reconnaître la beauté ?
Morgane : Ne peux-tu reconnaître l'amour ? Peut-être pleures-tu ce que tu n'as jamais connu.
Merlin : Peut-être convoites-tu ce que tu ne peux avoir.
Helen Mirren et Nicol Williamson, Excalibur (1981), écrit par Rospo Pallenberg et John Boorman
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://the-silence-has-fall.pro-forums.fr/

FAMILLE ROYALE
« Héritier du Trône »

• FAMILLE ROYALE« Héritier du Trône »
Arthur Pendragon

• • • • • • • • • • • • • • • • • • •

copyright : Tumblr
featuring : Bradley James

♣ date d'arrivée : 29/07/2012
♣ messages : 598
♣ pièces d'or : 640
♣ citation : Live together, or Die alone.

♣ âge : 23 printemps
♣ race : Humain
♣ humeur : Paresseux
♣ métier : Héritier du trône. Prince.
♣ en couple avec : personne, pour le moment.
Un combattant fort bien déguisé. [Eulalie & Arthur] 13.12


Feuille de Personnage
♣ Libre pour rp: Sorry...Complet ^^
♣ Don magique: De quoi tu parles là ?
♣ État de santé: Paresseux. Son corps semble fonctionner au ralentit.

Un combattant fort bien déguisé. [Eulalie & Arthur] Empty
MessageSujet: Re: Un combattant fort bien déguisé. [Eulalie & Arthur]   Un combattant fort bien déguisé. [Eulalie & Arthur] EmptyVen 14 Sep - 16:37

you call him a knight? Let me smile, do you?!
Un combattant fort bien déguisé. [Eulalie & Arthur] 13.13


    La nuit avait été courte pour Arthur Pendragon car de nombreux cauchemars étaient venus obscurcirent ses songes. En effet, depuis l’empoisonnement qu’il avait subit il y a de cela plusieurs semaines, quelques séquelles subsistaient malgré tout. N’osant en parler à personne, c’était pourtant humide de sueur et le regard terrifié, que le prince se levait tous les matins.
    Se doutant pertinemment que personne, hormis Merlin, décèlerait son comportement anormal au réveil, Arthur décida de rester muet à ce propos. Bien qu’un manque de sommeil jouait de façon néfaste sur sa condition physique et mentale, Arthur tentait au mieux de cacher son mal-être.

    L’esprit encore embrumé par des images de Camelot incendié, Arthur se réveilla quelque peu grincheux. Congédiant immédiatement Merlin de ses appartements, le prince préféra rester seul plutôt que de faire subir son mauvais caractère sur une tierce personne innocente.
    D’ailleurs, le fils Pendragon comptait bien se défouler lors de son entrainement quotidien ; C’était là le seul moyen qu’il avait trouvé pour extérioriser sa fatigue et sa mauvaise humeur.
    Force était cependant de constater que la personne qui allait affronter Arthur ce matin, ne serrait certainement pas des plus chanceuses étant donné l’accumulation de cauchemars du prince. Complètement obnubilé par ces derniers, Arthur tentait sans cesse de les congédier de son esprit, sans véritable succès.

    Sortant de ses appartements en toute hâte, Arthur attrapa son épée qu’il ne prit même pas la peine de ranger dans son fourreau. Oui, son impatiente de combattre était telle, que le prince avait vraiment hâte de se trouver en face d’un combattant digne de ce nom.
    Vêtu de son armure, Arthur arriva avec beaucoup d’avance sur l’espace dédiée aux entrainements. Découvrant sans véritable surprise, qu’il était le premier arrivé, Arthur resta malgré tout debout et se contenta de faire les cent pas, en attendant que ses compagnons d’arme arrivent.
    Fort heureusement pour lui –mais aussi pour eux-, une dizaine d’individus munis de leurs boucliers et de leurs tenues de combat, vinrent rejoindre rapidement le futur roi de Camelot.

    A peine prit-il le temps de saluer chacun d’eux, qu’Arthur enfila son casque sur sa tête. Il leva aussitôt son épée et partit au pas de course vers le premier combattant lui faisant face. Alors que les premiers rayons du soleil faisaient leurs apparitions, les épées d’hommes robustes de Camelot commencèrent à s’entrechoquer violemment les unes contre les autres.
    Ayant perdu toute notion de temps, Arthur ne se rendit même pas compte qu’il combattait maintenant depuis plus d’une heure, sans aucune halte. Il semblait tellement absorbé par l’entrainement, qu’il en oubliait presque ses compagnons d’arme.
    Toutefois, le prince prenait un plaisir fou à frapper son épée contre celles de ses ‘adversaires’ du moment. Cela lui procurait un bien certain, car tous les efforts qu’il fournissait semblaient apaiser son esprit tantôt rempli de tourments et de cauchemars.

    Se ne fut que lorsqu’il entendit une voie féminine l’interpeler qu’il s’arrêta soudainement, mettant ainsi un terme à l’entrainement. Cette voie familière, il l’aurait reconnu parmi des centaines : La pupille du roi !
    Tentant de reprendre son souffle, Arthur se débarrassa prestement de son casque humide. Il passa alors machinalement une main dans ses cheveux blonds et se tourna vers celle qui était à l’origine de l’arrêt de son entrainement :


    « Morgane »

    La salua t-il d’un sourire forcé. Soufflant tel un bœuf, Arthur commença peu à peu à sentir ses muscles endoloris par cet entrainement intensif. Il laissa donc tomber laborieusement ses bras ballant pour les soulagés. Puis, tout en fermant les yeux pour reprendre ses esprits, il écouta d’une oreille les paroles de Morgane.

    « C'est que je trouve, Arthur, compte tenu de son adversaire, que ce chevalier s'est très bien défendu. Qui peut prétendre avoir tenu autant de temps face au prince ? »

    Arthur ne pu s’empêcher de sourire ironiquement aux paroles prononcées par Morgane. Il restait pourtant persuadé qu’elle ne pensait pas un seul mot de ce qu’elle disait ; Pourtant, il accepta de bonne grâce son compliment ! Il inclina légèrement la tête en signe de reconnaissance, et répliqua d’un ton fier rempli d’orgueil et de modestie.

    « Il est vrai que face à mon talent indéniable, ce combattant que vous semblez tant apprécier, s’est fort bien débrouillé »

    Quelque peu surprit par le soudain intérêt porté par Morgane envers ce combattant, Arthur ne fit pourtant aucune remarque à ce propos. En effet, pour une fois qu’elle s’intéressait à quelque chose dans ce château, il n’allait pas s’en plaindre, non ? En outre, le prince approuvait finalement le jugement de la pupille du roi. Il est vrai qu’un des hommes avait tenu son épée de manière tout à fait originale, et ce, sans vaciller ne serait- qu’une seconde face au talent certain d’Arthur !

    Bref, Arthur fit quelques pas en direction de ses ‘adversaires’, afin de les saluer, comme le voulait la coutume. Tout en s’approchant d’eux, Arthur enleva ses gants. C’est à ce moment là qu’il constata avec aisance qu’un des combattants manquait à l’appel : il ne retrouva pas la silhouette androgyne qui lui avait tenu face si longtemps !
    Penchant la tête vers Morgane, Arthur lui murmura alors avec une certaine ironie, les mots suivants :


    « Visiblement, il semble s’être éclipsé aussi vite qu’il est apparu…Le dernier coup que je lui ai porté l’a probablement quelque peu assommé… »



_________________
« Love is a strange feeling! How can I resist?
My heart beats for the one I can not love.
I know our love is forbidden, but my feelings for her are growing stronger. I can not hide them, it's too hard.
Sooner or later, the truth will come out. I swear that whatever the future, my love for Guenièvre will be the same! Whatever happens, I'll always be there for her! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

PEUPLE DE CAMELOT
« Habitante »

• PEUPLE DE CAMELOT« Habitante »
Eulalie le Lay

• • • • • • • • • • • • • • • • • • •

copyright : Tussanus Postea
featuring : Georgie Henley

♣ date d'arrivée : 27/08/2012
♣ messages : 89
♣ pièces d'or : 107
♣ citation : si je donne neuf mois de moi pour faire un homme

♣ âge : 15 ans
♣ race : Humaine
Un combattant fort bien déguisé. [Eulalie & Arthur] Georgi10


Feuille de Personnage
♣ Libre pour rp: OUI
♣ Don magique: Aucun
♣ État de santé: En forme

Un combattant fort bien déguisé. [Eulalie & Arthur] Empty
MessageSujet: Re: Un combattant fort bien déguisé. [Eulalie & Arthur]   Un combattant fort bien déguisé. [Eulalie & Arthur] EmptyVen 21 Sep - 13:11

Un combattant fort bien déguisé.
« Une maison en paille où l'on rit, vaut mieux qu'un palais où l'on pleure. »


Ce matin, je me suis levée à une heure très matinale, il ne devait même pas être sept heure, à vrai dire, je me lève dans ces heures-là tous les matins. Je n’ai pas le luxe de pouvoir profiter d’une grâce matinée, chaque matin je dois faire les corvées que me confie ma mère. Mais aujourd’hui, je suis sortie de mon lit beaucoup plus tôt qu’à l’ordinaire, car aujourd’hui n’est pas un jour comme tous les autres. Aujourd’hui le prince Arthur, fils du Roi Uther donne un entrainement aux chevaliers de Camelot et comme d’habitude, je vais me rendre à cet entrainement sans que ma petite maman ne s’en aperçoive. Et pour cela, il fallait mieux partir avant qu’elle ne vienne me chercher pour accomplir je ne sais encore quelle tâche.

Une fois après avoir enfiler ma petite robe de sous-catégorie de couleur blanc cassé avec des reflets bleu, je pouvais enfin me rendre dans le jardin potager de ma mère pour ramasser les légumes prêt pour la vente. Oui ma mère est marchande de légume, il faut bien que je l’aide dans ses affaires, ce n’est pas mon frère qui va le faire. Même si je sais qu’il adorait aider notre mère, il faut qu’il soit présent pour le chevalier qu’il sert, ce que je comprends. Puis je serais ravi de voir mon frère concrétiser son rêve, alors que le mien ne sera jamais réalisable. Peu de temps après avoir terminé l’ensemble de mes corvées : s’occuper des légumes, recoudre la chemise de Briac (mais j’avoue que là, je l’ai donné à Guenièvre la veille parce que la couture et moi ce n’est pas l’amour fou), laver le peu de vêtement que nous avons, trouver de quoi faire le petit déjeuner. Vous aussi vous avez remarquez ? Mais regardez ! Ma mère me donne des tâches très féminines, ce qui n’est pas du tout mon fort. Enfin, ne pas s’apitoyer sur ton sors, c’est vrai cela pourrait être pire, comme être la femme d’un porc ambulant. Je disais donc après avoir finis mes prestations, je suis partie en hâte en direction du château de Camelot. C’est surtout parce que ma mère me cherchait pour m’apprendre à faire un repas cette fois. Désoler mais le poulet je préfère l’embrocher avec une flèche que le déplumer.

Mes pas me trainèrent jusqu’au terrain où se déroule les tournois de chevalerie. Etrange, d’ordinaire, le prince organisait ses entrainements sur le terrain d’entrainement, mais passons ce n’est pas le lieu qui va changer le monde. J’étais déjà en tenu, c’est-à-dire mon petit déguisement de jeune homme avec la tenue de chevalier pour l’entrainement. Je n’allais pas risquer d’arriver avec les formes d’une femme et une épée à la main. Je n’étais pas la première arrivée, mais je n’étais pas la dernière arrivée. Quelques minutes passèrent et tout le monde fut près. Je n’ai pas vraiment eu le temps de me préparer, de me rendre compte que le Prince lui-même me prenait pour adversaire. Problème en perspective, je n’avais pas pris de bouclier pensant ne pas en avoir besoin. Et vu le visage qu’il arborait avant de mettre son casque, je ne doutais point qu’il était de mauvais poil, son serviteur ne lui a pas donné son biberons ce matin ou quoi ? Au final, j’ai réussis à m’en sortir. Mais personnellement, je crois bien que je me serais écroulé sur le sol si une présence ne l’avait pas arrêté dans ses mouvements. Profitant de la petite entrevue entre le prince et la demoiselle qui venait d’arriver, je partais me cacher pour enlever toute l’armure qui pesait sur mon corps. C’est que je crevais de chaleur, mais que je souffrais aussi au niveau des bras et du petit filet de sang qui coulait au niveau de mon front. Mon adversaire avait dû frapper assez fort au niveau du casque si bien que je n’ai pas du sentir la coupure. Super maman et Briac allait me tuer lorsque je rentrerais. Puis impossible de quitter cette endroit sans passer au côté de la pupille du roi et du fils du roi, non mais parfois je ne réfléchis pas.

Marchant d’un pas lent et assez discret, je passais au côté des joyaux de Camelot lorsque j’entendis les quelques mots du prince : « Visiblement, il semble s’être éclipsé aussi vite qu’il est apparu… Le dernier coup que je lui ai porté l’a probablement quelque peu assommé… ». Assommé ? Et puis quoi encore, il veut aussi que je lui offre une couronne pour avoir battu une fille ? Plus arrogant que ce prince il ne doit pas y avoir dans tous les royaumes. Allez Eulalie trouve une excuse pour le chevalier que tu es en cachète.
Eulalie – Hum… excusez-moi Prince Arthur et Lady Marianne, mais je doute fortement que le chevalier dont vous parlez soit assommé, il est juste partie rapidement rejoindre sa femme qui allait mettre au monde un enfant.
Un petit sourire et on reprend la marche pour ne pas qu’il fasse attention au mensonge que je venais de sortir de ma bouche. Heureusement que Briac n’est pas dans le coin, il me trouverait limite suicidaire de contredire le prince, mais surtout inquiet de voir du sang sur mon visage. Ce qui ne me tracasse pas trop pour ma part.
fiche par century sex.

_________________
Eulalie (Cunégonde) le Lay
J'ai rêvé nos corps qui se touchent, Caressé l’esprit de nos idéaux, J'ai posé ma langue sur ta bouche, Savourer l'essence de tes moindres mots
ça ira mon amour - 1789, les amants de la bastille
© Mzlle Alice
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




• • • • • • • • • • • • • • • • • • •


Un combattant fort bien déguisé. [Eulalie & Arthur] Empty
MessageSujet: Re: Un combattant fort bien déguisé. [Eulalie & Arthur]   Un combattant fort bien déguisé. [Eulalie & Arthur] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Un combattant fort bien déguisé. [Eulalie & Arthur]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Il y a bien longtemps dans une galaxie lointaine...[Accepté]
» Tu t'amuses bien Pil' ?
» Paris vaut bien une messe ! - VV50
» Bien le bonjour à tout le monde !
» au nord... bien plus au nord...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Keep The Magic Secret :: 
Le Château de Camelot
 :: Les tournois
-